Forum RPG du manga survival-horror High School Of The Dead
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seul, il peut tuer 100 zombies. À deux, ils peuvent en tuer autant qu'ils veulent.[pv Sanzo Rozen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kangryong Yucheon
Voyou
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22
Localisation : Sud-Ouest

Carnet de survie
Arme: Ses poings
Objet(s): Ses poings
Mode de survie: Ses poings, seul ou en équipe, qu'importe.

MessageSujet: Seul, il peut tuer 100 zombies. À deux, ils peuvent en tuer autant qu'ils veulent.[pv Sanzo Rozen]   Mer 25 Avr - 12:37

J'y suis. Ça n'aura pas été sans mal, mais j'y suis arrivé : le centre-ville. Lieu où, comme je le prédisais, les zombies y sont par centaines. J'ai quand même marché un jour complet, me suis paumé tant et tant de fois, ai rencontré deux barbares timbrés et me suis cassé la jambe droite. Oui, tout ça pour arriver sur une place où il y a encore plus de zombies, encore plus de danger, encore plus de blessures en perspective. Masochiste ? Non, juste en besoin d'action. Mais il faut que je me ménage, pas comme hier où j'ai trop forcé et me suis détruit. Là, c'est le matin, je viens de prendre une bonne nuit de sommeil et je pète la forme, mais pas question de me mettre hors d'état de combattre en trois heures à peine. Maintenant que je suis arrivé là où je voulais, il faut que j'y reste actif le plus longtemps possible. Il me faut un objectif... disons... allez, cent cadavres. Cent cadavres tués deux fois. Ce sera un début, si je trouve un endroit où me poser, demain l'objectif sera le double. Voilà. "Il faut se mettre des objectifs dans la vie" me disait mon maître, c'est ce que je vais faire.

Voici donc le beau centre-ville de Tokonosu. La place est couverte de pavés, c'est assez joli et peu fréquent au Japon. Sympathique. Les buildings montent jusque très haut dans le ciel, à coups de quarantaines d'étages à chaque fois, c'est assez monstrueux, pas étonnant que ce soit le bordel le plus complet dans les rues. Les zombies sont là, partout, et courent après chaque bruit. Les bus sont renversés, les voitures arrêtées et celles qui ne le sont pas chevauchent tout sur leur passage. Les gens ont clairement cédé à la panique, et il y a de quoi. Leurs proches, époux, enfants ont probablement essayé de les bouffer. Moi, j'ai pas de famille, ça aide à garder son sang froid. Pas de famille, pas d'amis, bref, aucune accroche qui risquerait de me faire déconner si je la perdais.

La question à présent est : où est-ce que je vais engager mon massacre ? Est-ce que j'essaie de trouver des renforts pour faire un raid dans un bâtiment ? Est-ce que je m'occupe de libérer les voies dans le centre-ville ? Est-ce que je vais chercher des armes ? Réfléchissons... Les armes, non, pas envie. Et puis je ne sais me servir que de mes poings de toute façon. Trouver des renforts ? Non, je risque de tomber sur des brêles. Il faudrait pas que je me mette des poids sur le dos non plus. Je vais donc rester sur la place et en défoncer le plus possible.

Alors que je réfléchis, il y a ce bus qui arrive à toute vitesse en dérapant et qui se renverse sur le côté, écrasant au passage une dizaine de créatures. Le bruit assourdissant va attirer la horde, ça ne fait aucun doute. Je m'approche un peu du lieu du crash et m'aperçois que les gens dedans sont vivants et pas infectés en plus. Je pourrais les aider... ouais, je vais faire ça. Je cours alors vers ce bus et mets un grand coup de pied sauté dans l'arrière du crâne d'un des zombies entourant le véhicule. Celui-ci est allé finir de s'écraser la gueule contre le mur. Je me tiens entre les infectés et le car, mettant un coup de poing au visage à un autre zombie. Si j'étais dans le Seigneur des Anneaux, je dirais "Vous ne passerez pas !", mais comme j'y suis pas et que j'en ai en fait pas grand chose à foutre qu'ils passent ou pas, je vais la tourner autrement :

" Bande d'écervelés, si vous voulez passer, faudra d'abord me bouffer ! Hahahahaha ! "

Ils se ramènent, attirés par tant de bruit. Il y en a de plus en plus, ça devient intenable. Je distribue les coups de poing, mais ils ne tarderont pas à passer derrière moi et à m'encercler. Damnit... Je viens de remarquer qu'à force de reculer, le bus se tient juste dans mon dos... Ça craint. Pas pour moi, mais pour les passagers. Quoique... Maintenant que je vérifie, ils ont tous évacué. Ils sont blessés mais au moins pourront s'enfuir. Très bien, je vais pouvoir faire ce que je voulais faire, mais d'abord je vais attendre que davantage de bestioles arrivent pour maximiser les dégâts.
Il y a un infecté qui me fonce dessus la mâchoire ouverte, je fais un pas de côté et lui écrase sa gueule contre la tuyauterie du bus avec mon coude. Il avait qu'à se brosser les dents. Un autre arrive, deux même. Je les soulève tous les deux en les prenant par le cou, mais ils me griffent les bras. Je les relâche alors en les envoyant tamponner leurs copains derrière, copains qui arrivent en masse. Au moins vingt. C'est assez ; je passe par dessus le bus et l'y mets mon coup d'épaule fétiche, coup qui l'envoie décaniller la petite horde que j'avais amassée devant le véhicule. Et de 20 d'un coup, haha, je la sens bien cette journée ! Mais il ne faut plus que j'utilise ce coup, il me fatigue beaucoup trop... Dommage, je l'adore c'ui-là.

Le bruit occasionné a encore attiré un peu plus de zombies, ça va finir par se compliquer. Je vais déjà faire partir les gens qui ne peuvent plus s'abriter derrière le car.

" Écoutez-moi bien, partez dans l'immeuble juste derrière vous. Il y aura peut-être des infectés, mais je viendrai avec vous pour les tuer, une seconde fois. Surtout, pensez à bien verrouiller les portes derrière vous ! "

C'est plus fort que moi, je peux pas laisser ces gens crever. Je passe devant eux et ouvre la porte du bâtiment. Le hall est infesté de zombies. C'est une salle avec de nombreux piliers la traversant dans toute sa longueur, il faut que j'en tire profit pour les avoir un par un.

" Restez bien ici, et que les personnes non blessées couvrent celles blessées ! "

C'est parti, comme dans Matrix, n'essaie pas de les tuer, tue-les. Je fonce vers un des cadavres ambulants et lui écrase sa tête contre un pilier juste derrière lui. Le bruit a attiré les autres vers moi, tant mieux, je veux pas qu'ils s'en prennent aux autres gens. Je cours en zigzagant entre les colonnes et en plaçant des coups critiques sur les infectés que je croise. Cette course sera de courte durée : je me retrouve vite dans un coin du hall, encerclé par les zombies. Je ne tente pas de me débattre, c'est un coup à prendre une morsure, ils sont une bonne quinzaine. Je tente plutôt de courir à la verticale sur le mur pour m'élancer et passer derrière eux. Qu'est-ce qu'il y a ? Ça marchait dans Prince of Persia ! Mais là on n'est pas dans un jeu, j'arrive juste à tomber au milieu du groupe de morts-vivants. Bien que j'aie placé un coup de pied rotatif sur les têtes à proximité, ils sont tout autour de moi, prêts à me bouffer. Et le pire, c'est que leur nombre s'agrandit, il y en a qui arrivent des escaliers... Je suis pas Neo moi, je peux pas me défendre face à une horde de Smith enragés...

" Hey, vous allez rire, y a pas quelqu'un pour m'aider ? S'il vous plaît ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seul, il peut tuer 100 zombies. À deux, ils peuvent en tuer autant qu'ils veulent.[pv Sanzo Rozen]   Mer 6 Juin - 20:10

[AAAAAH ! Mon dieu, désolez du retards. Mon ordi’ est foutu et je n’arriverais pas à retrouver le site. o.o’ En plus, je suis de retour avec une réponse comme celle-ci.. J’ai honte ! *^*’ ... Sinon, je savais pas que Sanzo était comme ça °w°]


Sanzo souriait, il était arrivé au centre-ville l’endroit ou qui, pour lui était le plus chargé de souvenirs. Il était arrivé en passant par des chemins ou il y aurait le moins de zombies possibles car il n’était pas d’humeur à tuer des gens déjà mort en ce moment..
Brefs, il regarda un petit instant ce paysage désolé puis ferma les yeux, en prenant une grande inspiration. Il essaya de se remémoré tous les souvenirs qu’il avait bien pu avoir eu ici, au Centre-Ville. A l’instant où il commença à se rappeler, des cris vinrent déchirer le silence. Il ouvrit les yeux. Il y avait aussi le cri d’une femme. Il devait y aller.. !
Il sortit son katana et se mit à courir vers la direction des cris. Il arriva en à peine une minute ou deux, faut dire qu’ils n’étaient pas très loin non plus. Une femme était à terre n’osant plus bouger, ni parler... Plutôt belle, faut l’avouer, nan, en fait.. Elle avait de ces formes ! Tandis que devant elle se trouvait un homme. … Paix en son âme tiens ! Héhé. L’homme se releva, à présent ‘zombifier’ Sanzo toujours dans sa course sauta sur l’homme pour le plaquer au sol en lui plantant son katana dans la nuque pour ensuite lui couper carrément la tête. La guillotine c’est mieux, c’est plus rapide.. Il se releva rapidement en se retournant et mitrailla les zombies qui se trouvaient juste devant lui. Il se rappela que les zombies se repéraient aux son alors il sortit une grenade qu’il avait volé chez un marchands d’arme, la dégoupilla et la jeta plus loin. Elle explosa.


- BOOM..! Héhéhé. Je n’avais jamais vu des zombies volé. Toi non plus hein ? Il fit un long sourire en se retournant vers la jeune femme. Tu peux m’appeler Sanzo, Rozen, ou encore ‘Mon héros’. La jeune femme ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. Hm.. ? Je vois, en état de choc hein .. Il lui tendit la main pour l’aider à ce relevé. Juste un truc, quand tu pourras reparler ne dis rien.. Bon allez viens. On bouge d’ici.


Il se remit à marcher assez rapidement, et là, elle s’évanouit.. Nan mais super quoi ! On peut savoir comment elle avait pu survivre jusque-là comme ça elle ?? M’enfin.. Etant trop gentleman pour lui faire quoi que ce soit pendant son évanouissement, Sanzo la porta, de la même façon que Shrek portait Fiona.. ! Donc bref, il continua à marcher quand il entendit un bruit.. assourdissant.. horrible.. Le bruit que fait un bus ou un car quand il se renverse et qu’il continue de glisser sur le trottoir, vraiment horrible. Mais à part ça.. Qu’est-ce qu’on s’en fou ! Il y aura peut-être d’autre SURVIVANTES ! Alors le bruit ça passe. Et puis elles seront peut-être moins ‘sensibles’ !

Sanzo déposa la femme qu’il portait dans une de ces bennes à ordures qui appartenait à un des restaurent du centre-ville.. Bah quoi ? Au cas où il n’y aurait que des hommes survivants..
Une fois arrivé sur les lieux, il ne vit aucun survivant. Seulement un gars qui se battait contre des zombies. Il le regarda.


- Abruti.. T’isoler dans un coin alors que tu n’as pas d’armes à feu. Se dit-il à lui-même à haute voix..


Et là, l’homme courra à la verticale sur le mur, et.. Tomba comme une merde. Nan sérieux, il.. Il croyait faire quoi la ?! En plus, tout ça pour tomber au beau milieu des zombies. Et maintenant c’est là que le grand gaillard qui tombe comme une merde appela au secours..


- Hey, vous allez rire, y a pas quelqu'un pour m'aider ? S'il vous plaît !


Alors là.. Sanzo éclata de rire. Puis il mitrailla le groupe de zombies qui encerclait l’homme-crotte. Tous morts, pour une deuxième fois. Il s’approcha de l’homme.


- Toi. Ils sont où les survivants ?


Ouais, faut l’avouer, Sanzo avait sauvé ce gars parce qu’il voulait voir les survivantes. Il tourna la tête pour regarder les zombies qui continuaient toujours d’arriver vers eux. Sanzo rechargea sa mitraillette avec un sourire aux coins des lèvres..


- On fait un marché.. Je t’aide à t’en sortir pour cette fois et tu me montre ou sont les survivants, d’accords ?
Revenir en haut Aller en bas
Kangryong Yucheon
Voyou
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22
Localisation : Sud-Ouest

Carnet de survie
Arme: Ses poings
Objet(s): Ses poings
Mode de survie: Ses poings, seul ou en équipe, qu'importe.

MessageSujet: Re: Seul, il peut tuer 100 zombies. À deux, ils peuvent en tuer autant qu'ils veulent.[pv Sanzo Rozen]   Mar 26 Juin - 11:46

Aïe aïe aïe, voilà ce qui arrive quand on est trop gourmands, je vais passer un sale quart d'heure avec ces zombies de malheur... Je vais être obligé d'utiliser cette technique une fois de plus, ça va pas faire du bien à ma cheville, mais tant pis...
Ho ! Ho. Ho... Des balles, de la cervelle, du sang, et des zombies qui tombent comme des mouches. On dirait qu'il y avait quelqu'un d'un peu moins faible que les autres ici. Ouais, mais je m'attendais quand même à un brun à tête de psychopathe, comme ça on est deux.

- Toi. Ils sont où les survivants ?

Hein ? Bah devant la porte du bât... Hoooo, des cadavres zombies !

" Ils furent devant la porte... "

C'est dommage, moi qui me sentais tel un héros pour une fois, il a fallu qu'ils meurent pendant que je m'occupe des autres cadavres. Non, vraiment, j'en suis attristé. Hooooo un chat ! Trop bieeeeeen ! Hum, oui, les survivants morts, je suis triste...

- On fait un marché.. Je t’aide à t’en sortir pour cette fois et tu me montre ou sont les survivants, d’accords ?

" Euh... on s'est mal compris, ils sont tous morts. Mais on doit bien pouvoir en trouver d'autres, il est grand ce centre-ville ! "

Je doute que ça lui plaise. Je ne connais pas ce bonhomme, mais s'il tient tant à savoir où sont les survivants, il ne me pardonnera pas facilement de les avoir laissé crever. À bien y réfléchir il y en a peut-être qui sont encore en vie, peut-être ont-ils fui en voyant que j'allais mourir face aux zombies. Oui, sûrement !

" À bien y réfléchir ils ont dû s'échapper du bâtiment pendant que je me battais. Cela dit, il y avait des zombies derrière la porte, je ne sais pas s'ils ont pu aller loin. Le mieux est d'aller vérifier. "

Oui, j'ai de bonnes idées parfois, mais d'abord il faudra se débarrasser de ceux qui nous viennent dessus. Une petite dizaine, ça devrait se conclure assez rapidement.
Je fonce dans le tas, attrape le premier devant par la gorge et m'en sers de bouclier pour décaniller les autres en forçant le passage. Une fois derrière le groupe, ils sont cernés par moi et le type aux armes de barbare. J'éclate la tête du zombie encore dans ma main contre le mur et jette le cadavre tué deux fois dans le tas avant de m'y jeter moi-même et de distribuer les droites dans leurs faces. Entre nous, j'ai plus eu l'impression de servir d’appât pendant que leurs têtes explosaient sous ce qui devait être les balles de l'autre brun.

Une fois cette boucherie héroïque terminée, il fallait regarder ce qui se passait dehors. Aucune trace de nos amis les faibles, mais les zombies n'y étaient plus non plus. Étrange. Quelqu'un les aurait massacrés ? Mais si c'était le cas, il y aurait au moins un survivant... Ou alors ils ont fui et les zombies les ont suivis, c'est encore ce qui paraît être le plus probable. Le bus est toujours là, lui. Seulement, après une observation insistante, je discerne des flammes en jaillir. Ça va péter ? Ça a l'air de s'apprêter à péter. Ici, la question est : est-ce qu'on se barre dans le bâtiment, afin d'éviter l'explosion mais en prenant le risque que ce même bâtiment s'écroule sur notre gueule, ou est-ce qu'on sort dans le centre-ville en courant et qu'on se ramasse la horde qu'aura provoqué l'explosion du bus ?
Supposant que mon collègue ait compris le problème, je me tourne vers lui l'air de dire "et maintenant ?".
Franchement, je crois qu'il vaut mieux partir direction centre-ville, mais comme j'ai laissé crever les survivants je me sens pas le droit de l'imposer, alors comme il est armé jusqu'aux dents, je vais l'écouter. Quoique, s'il décide de partir dans l'immeuble et qu'à cause de ça on y passe, je m'en voudrais. Hmmmm dure décision. Dans le doute je pars en longeant les magasins pour éviter de passer au milieu de la place où les zombies y sont par centaines.

J'entends des voix humaines dans un hôtel et y rentre quand tous les sons ambiants se firent recouvrir par le bruit de l'explosion du bus. Il a pété oui ce con. Cet hôtel semble ne contenir que des humains, espérons que ça dure. Il y a des tables à l'entrée comme s'ils se barricadaient, beau réflexe de survie, mais s'ils restent ici ils mourront à coup sûr, va falloir leur frayer un chemin hors de cette place. Ils sont jeunes, plus que moi pour la plupart, ce qui est relativement étrange d'ailleurs. Peut-être viennent-ils de la même université et passaient leurs vacances ici ? C'est loupé. En tout cas, l'autre qui cherchait des survivants serait ravi ici. Ha mais il est là, je l'avais pas vu. Il a dû être appelé par les cris stridents des filles en détresse qu'on trouve ici. Un vrai héros. Chapeau mec.
Enfin bref, la horde arrive sûrement à grands pas, va falloir chopper tout ce qu'on peut.

" Écoutez-moi tous, y a-t-il des armes à feu ou même des armes blanches ici ? "

L'un d'eux me regarde et me dit qu'il y a bien un casier rempli de battes de baseball, mais sans plus. Ça devrait déjà être pas mal. Je lui demande de m'indiquer où est ce casier et il m'y amène. J'en défonce la porte alors fermée à clé et vois une bonne quinzaine de battes en bois et en fer. Parfait ça. Je les amène toutes dans le hall où sont restés tous les autres. Ici j'en distribue une à chacun, même aux filles. Il faut qu'ils puissent se défendre en cas d'embrouille. Une fois que c'est fait, un jeune gothique sort une boîte de clous de sous... de je-ne-sais-où en fait. On plante alors quelques clous sur chacune des battes en bois, ça c'est ma petite touche perso.
Ready for action now.
Alors qu'on s'apprêtait à sortir, on voit sur la place une masse colossale de cadavres marchant. S'ils étaient une centaine tout à l'heure, ils sont un millier à présent. Saleté de bus. Tout compte fait, c'est plus des grenades qu'il nous faudra. Mais le souci n'est pas là, ils se rapprochent dangereusement vers nous... mais pourquoi avoir si peu de bol ? Bon, en fait ça m'excite plus qu'autre chose, va y avoir de l'ambiance.

" Changement de plan, on va se défendre ici même. Tous à part celui aux armes à feu et moi, montez à l'étage et barricadez les escaliers avec des tables et des chaises. "

Ils s'exécutèrent alors à la vitesse du son sauf l'une qui nous dit " et vous ? ". Je laisse la réponse à mon collègue qui a l'air plus à l'aise avec les filles. En tout cas, c'est badass time. Ça va chier les filles, moi je vous le dis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seul, il peut tuer 100 zombies. À deux, ils peuvent en tuer autant qu'ils veulent.[pv Sanzo Rozen]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seul, il peut tuer 100 zombies. À deux, ils peuvent en tuer autant qu'ils veulent.[pv Sanzo Rozen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WILL&LEXIE ›› “ Quel ravage un être peut causer par la seule force de sa séduction.”
» J'AI ENTENDU LE CRIS DE BOULOS !SEUL PREVAL PEUT FAIRE UN COUP D' ETAT
» Deux Sociopathes peuvent-elles s'entendre? PV Amaryllis
» Monter sa team 6 mana pour farmer des feeders + tickets d'arène
» « Le meilleur moment de solitude serait d'être seul comme si nous étions deux. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
High School Of The Dead RPG :: A l'abri des zombies :: Cimetière-
Sauter vers: